Menu
Actions Pénales, Aide à la parentalité, Aide aux Victimes et Accès au Droit
Accompagnement Social et Insertion professionnelle
On vous a orienté vers nous ? Stage de sensibilisation

Le sursis probatoire

Sur quel fondement ?

 

Article 132-40 du Code pénal

 

Qu’est-ce que le sursis probatoire ?

 

Anciennement dénommé sursis avec mise à l’épreuve, le sursis probatoire est une peine visant à suspendre l’exécution d’une peine d’emprisonnement ferme, à condition que le condamné respecte les obligations et interdictions qui lui sont fixées par le tribunal durant un certain temps (délai de probation).

 

Par qui ?

 

Le sursis probatoire est prononcé par la juridiction de jugement et le condamné est placé sous le contrôle du juge de l’application des peines.

 

Pour qui ?

 

Le sursis probatoire ne peut être prononcé que si la peine d’emprisonnement prononcée est inférieure ou égale à cinq ans (dix ans en cas de récidive légale), étant précisé que le sursis probatoire peut être appliqué qu’à une partie de la peine prononcée.

 

Quel est le délai de probation ?

 

Le délai d'épreuve doit être compris entre un et trois ans (cinq ans lorsque la personne condamnée est en état de récidive légale, voire sept ans lorsque la personne se trouve à nouveau en état de récidive légale).

 

Quels sont les objectifs ?

  • Personnaliser la peine
  • Prévenir la récidive
  • Alternative à la détention

 

Comment se déroule cette mesure ?

 

1ère étape : Saisine du SCJE par le magistrat

Le SCJE est saisi par la juridiction de jugement.

 

2ème étape : Prise d’attache

A l’issue de la saisine, le contact entre la personne condamnée à une peine de sursis probatoire et le SCJE se fait de deux manières : La personne se présente spontanément au sein des locaux du SCJE ou par téléphone, La personne fait l’objet d’une convocation quelques jours après la décision du magistrat.

 

3ème étape : Initiation de la mesure

La personne est reçue au sein des locaux du SCJE afin que la mesure puisse être initiée. Cette initiation consiste en une explication des mesures de contrôle fixées par le juge, et du déroulement du sursis probatoire.

 

4ème étape : Suivi par le chargé de sursis probatoire

Le professionnel fixe des rendez-vous régulièrement afin de l’accompagner dans ses démarches personnelles et professionnelles et de vérifier le respect de ses obligations judiciaires. Aussi, il rend des rapports tous les six mois ainsi qu’un rapport un mois avant la fin de l’audience.

 

5ème étape : Fin de la mesure

A la fin de la mesure, le professionnel rend un rapport relatant le déroulement de la mesure et les évolutions de la personne.

  • En cas d’issue négative :

Si le condamné commet, au cours du délai de probation, un crime ou un délit de droit commun, la juridiction de jugement qui prononce une peine privative de liberté ferme, peut prononcer la révocation, totale ou partielle, du ou des sursis probatoire (s) prononcé(s) antérieurement. Elle pourra à cette occasion ordonner également, par décision spéciale et motivée, l'incarcération du condamné.

En outre, la révocation (totale ou partielle) peut également être ordonnée par le juge de l’application des peines, d'office ou sur réquisitions du parquet, en cas de non-respect des mesures de contrôle et/ou des obligations particulières ou dès lors que l'individu a commis une infraction suivie d'une condamnation à l'occasion de laquelle la révocation du sursis n'a pas été prononcée. Son jugement devra être motivé. Dans ces mêmes hypothèses, le juge de l’application des peines pourra simplement prolonger le délai de probation (sans dépasser la limite des 3 ans au total).

  • En cas d’issue positive :

En l'absence de décision emportant révocation totale, la condamnation assortie du sursis probatoire est réputée non avenue : elle disparaît à l'issue du délai de probation.

Les valeurs du Service de Contrôle Judiciaire et d'Enquêtes :
Anticiper et nous adapter en permanence.
Entretenir notre curiosité et nous enrichir de la diversité.
Oser la nouveauté et en accepter les risques
Carte interactive de
Nos établissements
Le Service de Contrôle Judiciaire et d'Enquêtes peut intervenir dans toute la France, fort de ses 20 établissements.


Siège social

72, avenue du Peuple Belge, 59000 Lille

Siège social Lille
72, avenue du Peuple Belge
59000 Lille
France
SCJE Lille
72, avenue du Peuple Belge
59000 Lille
France
SCJE Blois
3, Place Lorjou (au sein de la Maison de la Justice et du Droit)
41000 Blois
France
SCJE Bourges
78, rue Edouard Vaillant
18000 Bourges
France
SCJE Charleville-Mézières
62, Boulevard Gambetta - Résidence les Trientales
08000 Charleville-Mézières
France
SCJE Douai
89, rue des Blancs Mouchons
59500 Douai
France
SCJE Draguignan
42, Grande Rue
83300 Draguignan
France
SCJE Dunkerque
32 rue de Bourgogne
59140 Dunkerque
France
SCJE Grenoble
3, rue du colonel Denfert Rochereau
38100 Grenoble
France
SCJE Ile-de-France
155, avenue Jean Lolive
93500 Pantin
France
SCJE Aisne
8 bis, avenue Aristide Briand
02000 Laon
France
SCJE Montargis
84, rue du Général Leclerc (au sein du Tribunal de Grande Instance)
45202 Montargis
France
SCJE Orléans
24, rue Emile Zola
45000 Orléans
France
SCJE Rhône
7, rue Servient
69003 Lyon
France
SCJE Rouen
43bis rue Jeanne d'Arc
76000 Rouen
France
SCJE Saverne
35 Grand Rue CL 23
67700 Saverne
France
SCJE Villefranche-sur-Saône
350, Boulevard Gambetta
69400 Villefranche-sur-Saône
France
SCJE Guadeloupe
13, rue de Nozières
97110 Pointe-à-Pitre
France
SCJE Mayotte
ZI Kaweni - Lotissement Kemal - 19, rue Koubra
97600 Mamoudzou
France
SCJE La Réunion (Saint-Denis)
24, rue Monseigneur de Beaumont
97400 Saint-Denis
France
SCJE La Réunion (Saint-Pierre)
78, rue Marius et Ary Leblond
97410 Saint-Pierre
France
Nos actualités
N'hésitez pas à prendre contact via ce formulaire,
une réponse vous sera apportée dans les plus brefs délais.
* Champs obligatoires
Nom et prénom*
E-mail*
Téléphone*
Message*